Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mesdames, messieurs les CTR,
 
Bonjour,
 
Quelle n'a pas été ma surprise de trouver, ce matin, en rentrant de week-end, ce courrier du GT obérythmée dans ma boite mail, qui m'a été obligeamment transmis, puisque bien qu'étant la principale concernée, je n'ai pas été directement informée.
 
Je pourrais, a chacun des points avancés dans ce courrier honteux, apporter une argumentation circonstanciée. Néanmoins, comme votre temps est, tout comme le mien, trop précieux pour être perdu en considérations oiseuses, je vais faire très simple et rebondir uniquement sur deux points avant de conclure.
 
Premièrement, je n'ai jamais demandé a Emilie Garand de prendre ma défense. Elle l'a fait de son propre chef et sous sa propre responsabilité, je trouve donc plus que limite de m'accabler pour sa demande et d'en faire une affaire publique. Il était parfaitement possible de répondre à ses questions sans s'acharner sur moi. Ceci étant, elle n'a pas été la seule a s'étonner des motifs qui ont justifiés mon éviction de l’équipe de France. Qu'importe. Mme Duchemin justifie cet acharnement par le fait que j'ai demandé a ce qu'il soit fait preuve de davantage de transparence et d'efforts de communication.Je ne vois pas très bien en quoi pratiquer la diffamation et le harcèlement constituent un effort de communication. Par ailleurs, mon courrier transmis a ma CTR en janvier, n'avait pas vocation a etre rendu publique, Mme Duchemin n'a aucune autorisation de ma part pour reprendre mes propos comme elle le fait. C'est bien entendu ... illégal !
 
Deuxièmement, Mme Duchemin fait part de ses interrogations sur mon état d'esprit. Peut etre que si, au lieu de se perdre en conjectures et en suppositions, Mme Duchemin avait pris la peine de m'interroger ou d'interroger qui de droit, elle aurait eu connaissance du fait que je m’étonne bien plus souvent de notes que je trouve particulièrement élevées que de notes trop basses, et que je n'ai JAMAIS remis en question un jugement me concernant. De la même manière, j'aurais pu lui suggérer de se renseigner auprès de Mme Gina Pink, coordinatrice des activités HTM pour la Crufts, où bien que je sois arrivée dernière, sans démériter, j'ai trouvé cela parfaitement justifié compte tenu de la très belle qualité des prestations proposées ; elle aurait pu aussi contacter différents concurrents, Monika Oslovska, Claire Hitchins ou encore Johanna Allanach, par exemple, pour savoir quelle attitude j'avais eu par rapport à elles et elle aurait su que j'avais pris la peine de féliciter chacun des concurrents, a posteriori, pour le superbe spectacle qu'ils nous avaient offert et leurs résultats, tout comme j'avais pris la peine de dépenser plus de 100€ de petits cadeaux a apporter aux concurrents, selon la tradition établie, pour donner une bonne image de la France, ou encore de m’inquiéter pour Soda, la chienne de Johanna suite à son coup de stress qui l'a conduit a abandonner.
Bien sur, je suppose également que le fait d'avoir abandonné lors de mon 2e passage au GPF a Tarascon car je sentais ma chienne en état de stress voire en souffrance même si cela ne paraissait pas évident vu de l’extérieur (a juste titre, puisque après s'être faite agressée par le chien, hors de contrôle, d'un autre concurrent qui l'a percutée de plein fouet, elle s'est déchirée un muscle en dérapant sur le revêtement particulièrement glissant qui avait été posé au sol - d'ailleurs, si vous ne me croyez pas, demandez a l'association Solidarité Agility que j'avais contactée en février pour monter un dossier afin de financer les frais inhérents a ces blessures avant de décider de me débrouiller pour les financer moi-même), dénote un état d'esprit particulièrement mauvais. Passer ses journées de concours a regarder l'ensemble des routines, trouver un coté positif a chaque défaut pour donner envie d'avancer au lieu de décourager lorsqu'on a sollicité mon avis, passer des heures a expliquer comment faire les choses pour essayer de transcender ce qui a déjà été fait, et ce sans rien demander en echange, pour des gens que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, je suppose que cela aussi, c'est faire preuve d'un mauvais esprit.
 
Je trouve tout de même un peu gonflé de me dire que je dénigre les instances, les gens etc. en essayant de mettre en évidence des dysfonctionnements, se plaçant de la sorte en défenseur de l'opprimeur et non pas de l'opprimé.
Est-il normal de voir une jeune fille de 16 ans pleurer pendant 30 minutes a s'en rendre malade parce qu'on lui a justifié sa note, étonnamment basse, par la race de son chien ? Est-il normal de voir un concurrent qui a fait l'effort de faire 2000 kms pour se rendre à une finale, de se voir volontairement perturbé alors qu'il est a deux minutes de son passage, et de s'entendre dire qu'il n'a rien a faire là et qu'il n'est pas au niveau ? Qui doit-on défendre ? Ceux qui font fuir les concurrents d'une discipline qui peine tant a prendre ses lettres de noblesses ? ou ceux qui tentent tant bien que mal de continuer en sachant qu'un jour ils devront vivre ce type d'injustice ? Est-il nécessaire de préciser que je n'ai jamais revu cette jeune fille en concours, et que ce concurrent ne retournera jamais en finale ? On va me dire que personne n'a parlé de tout cela, que je ne donne pas de noms et que c'est des inventions. Je pourrais donner des noms, mais je ne le ferais pas : voyez la façon dont on s'acharne sur moi. CQFD.
 
Bref. Si c'est là ce que doit être l'obérythmée française, je suis navrée de dire que je n'adhère pas et n’adhérerais jamais. Par conséquent, je pense que pour l'instant je n'y ai plus ma place, si je l'ai eu un jour ; et qu'il est temps pour moi, de passer à autre chose. Ne plus faire de concours du dimanche ne changera rien à ma vie - sinon que j'aurais plus d'argent, de temps, et plus de de sérénité. Et de cette façon, la discipline est débarrassée d'une concurrente en avancé, et la CNEAC d'une concurrente tout court. Je sais que certains se réjouiront de cet état de fait : tout le monde est gagnant, au final !
 
Maintenant pour conclure, et parce que cette affaire commence singulièrement à me contrarier, j'attire votre attention sur le fait que j'ai pris conseil auprès de mon avocat, Maitre Cruchaudet, société FIDAL sise a Chartres. Il s'agit purement et simplement de diffamation (avant de m'opposer une quelconque authenticité des faits, je vous invite a vérifier la définition juridique de  la diffamation) et de harcèlement moral. Deux faits qui peuvent faire l'objet d'une procédure judiciaire. Je demande donc expressément que cesse toute communication ; par email ou quelque autre moyen, site internet etc. ; me concernant si vous souhaitez que l'affaire ne soit pas portée en justice. Néanmoins, je saurais gré à tous ceux qui ont transmis le précédent mail de M. Rauwell, de bien vouloir transmettre cette réponse également. Ensuite, si d'autres "courriers" me concernant circulaient, je jugerais de la suite à donner a cette sordide histoire. Je vous invite cependant à ne pas penser qu'il s'agit simplement de propos en l'air - j'en suis a deux procédures gagnées avec la société FIDAL.
 
Je vous prie de me pardonner d'avoir du avoir recours aux mêmes moyens de communication que le groupe de travail, et vous remercie de m'avoir lue.
 
Bonne journée à tous, et bonne continuation dans vos activités.
 
Amélie Delcroix
(PS : mariée depuis 13 ans, j'ai un peu perdu l'habitude qu'on me serve du Mademoiselle : merci, c'est rafraichissant ! )
 
Tag(s) : #OBR

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :